Tendances RH
9/9/2022

Stress au travail : le soulager et le résoudre

Stress au travail : que faire ? Point sur ce phénomène qui touche toutes les entreprises avec des solutions faciles à mettre en place pour tous.

Stress au travail

Burn-out, bore-out, brown-out… Autant d’expressions qui désignent des maladies professionnelles. Pas besoin de chercher bien loin le grand responsable : le stress. Le stress au travail serait responsable, selon l’INRS (l’Institut National de Recherche et de Sécurité), d’un coût social estimé entre 2 et 3 milliards en 2007. Au total, ce ne sont pas moins de 50 à 60% des journées au travail perdues. Ces chiffres sont considérés comme un minimum social, mettant en avant l’impact du job strain (soit la situation de travail tendue), qui n’est autre que le résultat d’une forte pression managériale, d’une absence d‘autonomie au travail, ainsi que d’une réalisation personnelle.

Le stress au travail est un sujet de société qui mérite réflexion. Le stress est dû à quoi ou à qui ? Comment le soulager ? Quelles mesures adopter, sans perturber les habitudes de travail de vos collaborateurs ? Et surtout, comment faire perdurer un climat social bénéfique à vos équipes, afin qu’elles allient bonheur au travail et performance ? Nous abordons toutes ces questions sans détour au sein de cet article.

Quels sont les risques du stress au travail ?

Selon l’INRS, le stress en entreprise ne se définit pas en une seule ligne ! De nombreux facteurs sont à prendre en compte pour appréhender pleinement la définition du stress au travail. Selon l’INRS, le stress au travail est le résultat d’un “déséquilibre entre ce qu’on lui demande de faire dans le cadre professionnel et les ressources dont elle dispose pour y répondre.” La santé physique, ainsi que la santé mentale du salarié, sont donc impactées de plein fouet face au stress professionnel.

Des risques partagés

Les risques évoqués sont à double-sens. L’individu sur son lieu de travail, ainsi que l’entreprise responsable des situations de stress, payent les pots cassés. Toujours selon l’INRS, les conditions de travail stressantes nuisent au bien-être au travail, créant un mal-être dans le milieu professionnel.

Face à ces situations de stress, les entreprises font face à de l'épuisement professionnel de la part de leur salariés. Le lieu de travail est marqué par une ambiance néfaste (harcèlement moral, absentéisme, stress au boulot, burnout, etc.). Faire face chaque jour à cette vie professionnelle n’est ni bénéfique, ni valorisante, sans compter que les relations au travail ne sont pas au beau fixe

Résultat ? L’entreprise est marquée par un turn-over chronique, où la souffrance au travail est mise de côté et la qualité de vie au travail qui ne cesse de se dégrader

La naissance des risques psychosociaux

Avez-vous déjà entendu parler des risques psychosociaux ? Cette expression désigne un ensemble de situations, à travers lesquelles une personne peut développer un déséquilibre personnel. Celui-ci se manifeste par une fatigue physique ou mentale, ainsi qu’un clivage social négatif, impactant de plein fouet sa productivité.

La solution ? Tout simplement identifier les facteurs de stress. La cause du stress peut être une personne, qui impose un stress négatif et chronique à ses équipes. Par exemple, un manager qui mélange sa vie personnelle ou professionnelle, déchargeant sa surcharge de stress sur ses équipes. La cause du stress liée au travail peut également être liée à la pression de la hiérarchie sur tous les managers. Ou encore un surmenage des équipes, un environnement professionnel inapproprié, etc.

La gestion du stress au travail, ce n’est pas qu’une simple question qui touche le développement personnel. Le stress au travail, c’est assurer la prévention des risques psychosociaux, donc apporter une organisation du travail positive. Évacuer le stress, c’est permettre à ses collaborateurs de se donner à 200% dans leur travail, de prendre du recul sur les process actuels… Et de venir sans boule au ventre sur son lieu de travail.

Stress au travail : que faire en tant que manager ?

Si vous êtes managers, vous avez pour responsabilité de réduire le stress au travail de vos collaborateurs. Pour ce faire, il est important d’identifier quels sont les principaux facteurs de stress, afin de mettre en place un plan de prévention du stress au travail. Pour vous aider à lutter contre le stress, voici un plan à suivre pour limiter les risques professionnels.

Le saviez-vous ? Le 4 juillet 2008, certains partenaires sociaux européens ont signé un accord national interprofessionnel sur le stress au travail, dans le cadre de l’article 138 du Traité CE*.** Rendu obligatoire en 2009, cet accord oblige les entreprises à prendre en compte les différents facteurs de stress sur leur lieu de travail. Ainsi, dès qu’un facteur de stress au travail est remonté à la hiérarchie**, l'entreprise doit l’éliminer ou, du moins, le réduire**. L'entreprise a donc pour responsabilité d'assurer la prévention physique et mentale de ses salariés. Réduire le stress au travail est donc une obligation légale à ne pas prendre à la légère !*

Identifier les facteurs de stress

Toujours selon l’INRS, différents facteurs de stress au travail existent :

  1. L'intensité et le temps de travail. En effet, de trop nombreuses exigences (heures de travail supplémentaires, demander à une personne d’être surproductive, etc.) peuvent être responsables d'un manque de productivité. Le cas par exemple du milieu de la restauration, qui souffre d’une surcharge de travail importante au quotidien. À terme, le risque d’un travail trop soutenu est un déséquilibre, empêchant de concilier sa vie professionnelle et personnelle.
  2. L'absence d'autonomie au travail : les process sont (trop) encadrés, les compétences au centre des projets (et non l’humain), etc.
  3. Des ordres donnés quant aux exigences émotionnelles pour gérer le stress au travail : rester imperturbable en toute situation, cacher ses émotions au travail, etc.
  4. Des difficultés de communication avec ses collègues et/ou sa hiérarchie. Le manque de reconnaissance, les conflits, sont souvent le résultat d’une quête de sens du salarié.
  5. De l'insécurité au travail : conflits, naissance de sentiments néfastes (peur ou angoisse, manque de productivité) agissant sur le corps (maux de ventre, céphalées, troubles du sommeil, etc.).
  6. Des conflits liés aux valeurs (éthiques, religieuses, expériences professionnelles, etc.).

Identifier les mécanismes physiologiques du stress

Ces indicateurs de stress au travail peuvent être facilement débusqués si le manager est à l’écoute de ses collaborateurs et les observe. Il est important que celui-ci apporte des solutions concrètes et sache dire non quand il le faut. Le salarié peut être stressé de parler de ses causes de stress. Des entretiens individuels réguliers (trimestriels et un autre annuel) sont une bonne base pour lutter contre le stress au travail.

Des psychologues ont analysé les données personnelles de plusieurs personnes sujettes au stress au travail sur le long terme. Leur prise en charge a permis d’analyser les raisons des cas de stress, d'arrêts maladie, etc. En sophrologie ou en psychologie du travail, les professionnels de santé mettent en avant que les mécanismes physiologiques du stress au travail sont visibles. Ils sont catégorisés de 3 sortes selon l’INRS.

L’alarme

Lors d’une situation de stress, le corps va libérer des catécholamines, soit des hormones responsables de l’adrénaline. C’est lorsque le salarié ressent physiquement l’impact du stress au travail : maux de ventre, fréquence cardiaque qui s’accélère, tension artérielle, température corporelle qui augmente, etc. La vigilance du salarié a tendance à diminuer - mais pas son anxiété !

La résistance

Le salarié, en proie à son stress au  bureau, ne voit qu’une seule solution face à la source de stress : résister. Il va ainsi apprendre à gérer son stress… En le laissant l’habiter. Pour mieux gérer le stress, il va continuer à accumuler la charge de travail, développer différentes sources de stress et se mettre au cœur de situations stressantes.

Les hormones dites glucocorticoïdes s’activent. Le sang circule plus vite dans le sang, afin de nourrir les muscles, le cœur et le cerveau pour optimiser l’énergie demandée. Plus de sucre, pour plus d'énervement au travail….

L'épuisement professionnel

Se relaxer n’était peut-être pas tant un luxe… Le professionnel est à présent sujet à un épuisement professionnel. Travailler sous pression dérègle les hormones du corps, qui n’ont plus suffisamment de glucocorticoïdes en stock. Résultat ? Le corps ne peut plus suivre le rythme imposé par l’entreprise. Chaque action devient difficile, si ce n’est un véritable challenge pour ne pas s’écrouler. Le burn-out est bientôt là !

Proposer des solutions, c’est bien. Agir, c’est mieux !

En tant que manager, identifier au plus vite les mécanismes physiologiques permet d’éviter d’avoir des collaborateurs épuisés. Il faut apporter des mesures concrètes, notamment via la création d’un plan de prévention une fois ces mécanismes identifiés.

Des mesures de prévention du stress au travail ont été également proposées par l’INRS. Celles-ci reposent sur des leviers stratégiques simples :

  • Former les entreprises à un management participatif. Il faut former pour permettre aux salariés de devenir des membres actifs de l’entreprise.
  • Proposer plus de communication, avec des objectifs concrets et atteignables.
  • Offrir aux salariés la possibilité de communiquer sur les différents dysfonctionnement de l'entreprise,
  • Évaluer et adapter la charge de travail selon les dispositions de chaque salarié, pour une plus juste répartition.
  • Mettre en avant les compétences de chacun, en les exploitant à bon escient.
  • Former chaque nouvel entrant aux processus et aux outils de l'entreprise, afin de les fluidifier.

Bien entendu, il est également demandé à l'entreprise qu'elle propose différentes actions, afin de valoriser les compétences au travail et assurer un management tourné vers le bien-être et le développement personnel. L’INRS propose notamment de se former sur la gestion individuelle du stress, à la gestion des conflits, de réaliser des thérapies cognitives en collaborant avec des sophrologues, etc.

Comment gérer son stress au travail ?

En tant qu’employé dans une entreprise, le stress chronique en entreprise peut s’avérer néfaste pour sa productivité. La prévention du stress au travail peut se faire à son échelle, en mettant en place différentes solutions : activités en extérieur, demande de point avec son manager, discussion avec un professionnel de santé (psychologue, naturopathe, sophrologue, etc.).

Pour gérer son stress en entreprise, il n’y a pas de secret. Il faut que la communication soit à double sens entre l’entreprise et le salarié. Si la communication n’est pas présente chez l’un ou l’autre, les risques psychosociaux seront un risque à prendre en compte sur la performance au travail, ainsi que le bien-être des collaborateurs.

N’oubliez pas de communiquer dès que vous sentez un facteur de stress naître au travail. Mieux vaut prévenir que guérir !

Partager :
Share :
Edflex Team
Team

Obtenez un e-mail par mois sur les dernières actualités de la formation en ligne et les nouveautés chez Edflex.

Get one email per month on the latest e-learning news and developments at Edflex.

On continue?

We continue ?