Avenir télétravail

Tendances RH

Publié le

14

February

2024

February 14, 2024

Le télétravail a-t-il encore sa place en entreprise en 2024 ?

Faut-il définitivement interdire le télétravail en entreprise ?

Publié par

Manon Cousin Glorieux

Manon Cousin Glorieux

Last modification

Dernière modification

22

March

2024

March 22, 2024

Partager l'article

icon linkedinicon facebook

Newsletter

Ressources associées

Avenir télétravail

ROI de la formation

Télécharger le guide

Instauré depuis la crise sanitaire comme nouveau mode de travail hybride, l’arrivée du télétravail dans notre quotidien a bouleversé les habitudes des salariés. Les enquêtes sur le sujet se multiplient… et se contredisent ! Positif ou fléau ? Retour sur les doutes qui subsistent autour du télétravail !

Ces patrons indécis sur le télétravail

De nombreuses entreprises qui avaient adopté le télétravail lors de la crise sanitaire font marche arrière et reviennent sur leur décision.

La dernière en date : L’Oréal. Nicolas Hieronimus, PDG du groupe, affirme que les télétravailleurs n’ont “absolument aucun attachement, aucune passion, aucune créativité”. Selon lui, “il est vital d’être au bureau” pour “rencontrer des gens”. Toutefois, le patron de L’Oréal autorise toujours ses équipes à deux jours de télétravail par semaine.

Contre le télétravail

Un compromis inenvisageable pour Elon Musk, patron de Tesla et nouvel acquéreur de Twitter (maintenant X). Les mots du milliardaire sont clivants : “Le télétravail n’est plus admissible. […] Les employés doivent passer un minimum de 40 heures par semaine au bureau.”  Il va même encore plus loin, en précisant que “les employés qui ne s’aligneront pas peuvent déjà penser à aller chercher du travail ailleurs”.

Même l’entreprise Zoom a récemment demandé à ses salariés de revenir au bureau… Un comble pour un outil de travail à distance ! Mais ces derniers ne doivent être présents que deux jours par semaine (au minimum).

Et ces grands patrons ne sont pas les seuls à douter des bénéfices du télétravail. Les réfractaires du “full remote” craignent que ces méthodes asynchrones ne nuisent à la collaboration entre les membres de l’équipe ainsi qu’à l’incarnation de la culture d’entreprise et à son sentiment d’appartenance.

les bénéfices du retour au bureau

Le télétravail est-il vraiment un avantage ?

Alors doit-on réellement douter des bénéfices du télétravail ?

Selon le baromètre Actineo de la qualité de vie au travail, 72% des salariés en 2023 travaillent régulièrement ou occasionnellement en dehors de leur bureau. Ce mode de travail hybride s’est fortement implanté dans nos quotidiens.

Pourtant, 32% des salariés aimeraient revenir à 100% en présentiel en entreprise.

Pour 7 salariés sur 10, l’intérêt de venir au bureau vient notamment des moments de convivialité, de partage et de créativité. D’autres citent également la déconnexion plus difficile qu’en quittant son poste de travail en présentiel.

Les risques du travail à domicile

Une analyse de l’institut de Stanford basée sur plusieurs études révèlent une productivité en baisse qui peut aller de 10 à 20%. Sont en cause :

  • les difficultés de communication et de coordination du travail,
  • la dégradation des réseaux de communication et de la réduction des nouvelles connexions,
  • la diminution de la créativité, en partie à cause du travail multitâche, plutôt que de la concentration totale sur une personne,
  • la réduction de l’apprentissage, du mentorat et du retour d’information
  • la discipline et la maîtrise de soi (temps passé sur l’ordinateur pour des raisons personnelles ou temps dédié aux tâches ménagères).
le télétravail avec des enfants

Au-delà de ces faits, une conséquence plus inquiétante pour les salariés a été soulevée par une étude de Live Data Technologies. Les télétravailleurs ont été 30 % de moins à obtenir une promotion en 2023, en comparaison à leurs collègues présents sur place. Et toujours selon l’étude du Wall Street Journal, 90% des chefs d’entreprise avouent favoriser l’avancement des salariés qui font acte de présence.

Le télétravail, une nécessité pour de nombreux salariés

L’OCDE a mené une étude dernièrement qui vise à mettre l’accent sur la productivité et le bien-être des salariés en télétravail. Celle-ci vient apporter un peu de nuance aux résultats présentés précédemment, qui peuvent faire peur.

Les chercheurs ont observé que la productivité des télétravailleurs la plus élevée était corrélée aux entreprises qui présentaient les pratiques managériales les plus innovantes. La qualité du management semble presque être plus importante dans la productivité des salariés que le lieu d’exercice de leurs fonctions.

un besoin de télétravailler

Le temps passé en télétravail est également un indice de productivité à prendre en compte. Celle-ci s’améliore durant les premiers jours, atteignant son paroxysme sur le deuxième jour de travail à distance. Toutefois, elle commence ensuite à baisser à mesure que croît l'intensité du télétravail.

Enfin, selon un sondage réalisé par Mmhmm, 51 % des employés estiment que le fait de travailler de manière asynchrone ou de fixer leur propre horaire contribuait à leur productivité.

Le télétravail parait inévitable. Plutôt que de l’interdire, il faut accompagner intelligemment sa mise en place ! Avoir une activité professionnelle à domicile peut être perturbant au début, il est donc primordial de permettre aux salariés de le faire dans les meilleures conditions. Pour répondre à ce besoin, la formation télétravail est la solution idéale. Apprendre à travailler en asynchrone, optimiser son espace de travail, maximiser sa concentration… Toutes ses compétences ont un vrai impact sur la productivité. Former les salariés à ces pratiques est une brique essentielle dans la construction d’une culture de la performance dans laquelle le télétravail est incontournable.

Toutes ces études font réfléchir sur l’avenir du télétravail. Mais il faut bien prendre conscience d’une chose : le télétravail n’est pas qu’une question de productivité. Il fait partie intégrante du bien-être des salariés et joue énormément sur l’attraction et la rétention des talents en entreprise. Par exemple, une étude de MonitoRH a révélé que 80% des offres d’emploi qui n’autorisent pas le télétravail ne reçoivent aucune candidature. Les entreprises ont-elles donc la possibilité de s’opposer entièrement à ce mode de travail hybride ? Il faut avant tout laisser le choix aux salariés d’être à distance ou en présentiel pour s’adapter aux besoins de tous.

Manon Cousin Glorieux

Manon Cousin Glorieux

-

Content Manager

icon facebookicon linkedin

Passionnée par la rédaction depuis toujours, j’ai trouvé chez Edflex l’environnement idéal pour mettre ma créativité au service de vos besoins ! Retrouvez-moi dans la newsletter mensuelle pour un condensé de bonnes pratiques sur la formation en ligne.

#FAQ

Et vous vous demandez...

arrow faqline faq
arrow faqline faq
arrow faqline faq
arrow faqline faq
arrow faqline faq
arrow faqline faq

Les derniers articles de blog

Jeux de la formation

Edflex déclare ouverts les jeux de la formation

Mettez en avant votre offre de formation cet été en proposant les jeux de la formation !

Curation

Semaine QVCT

Sélection Edflex : 5 ressources pour préparer votre semaine QVCT

5 contenus sélectionnés par nos experts à partager sans modération à vos collaborateurs !

Curation

Nouvelles technologies

Nouvelles technologies et formation : vers une nouvelle ère d’apprentissage

Obsolescence des compétences, formation continue, évolution des métiers : les défis & opportunités des nouvelles technologies dans la formation professionnelle

Digital learning

Les meilleurs contenus de formation pour tous les besoins de vos talents

Vous aussi, faites d’Edflex un réflexe de formation pour mettre à jour les compétences de votre entreprise et vous accompagner face aux changements.