Digital Learning
June 24, 2022

Le management agile : ça veut dire quoi ?

Qu’est-ce que le management agile ? Edflex revient sur la définition du management agile, ses avantages & inconvénients, avec des exemples à la clé.

Management agile

Le management agile est apparu dans les années 2000 : et c’est complètement logique ! A cette époque, la numérisation des outils de travail et la création de nouvelles méthodes de management, placent l’humain en arrière-plan. C’était la machine avant l’homme… Au détriment du bien-être des collaborateurs. Le management agile est venu corriger le tir.

A l’origine, ce style de management a été implanté dans les entreprises informatiques. L’objectif était d’apporter plus de flexibilité aux équipes, tout en replaçant l’humain au cœur du projet. Le management agile, c’est avant tout se questionner sur l’humain comme moteur de l’entreprise.

Cependant,  cela ne répond pas à la question principale de notre article. Le management agile :  ça veut dire quoi ? Quel est le rôle d'un manager agile ? Son lien avec les ressources humaines ? Les nouvelles technologies ? Comment met-il en place une méthode agile et réactive au sein de l'entreprise ? Quels sont les avantages et les inconvénients d'un environnement agile dans le cadre de la gestion de projet ?****

Qu’est-ce que le management agile ?

Selon le site officiel Cadreemploi*, un management agile est avant tout “un ensemble de comportements, de réflexes et une façon de travailler qui permettent de s’adapter à divers changements”. Autrement dit, la définition des méthodes agiles ne sont plus utilisées uniquement dans le cadre informatique. Employer une méthode agile ne repose pas uniquement sur le développement d'un logiciel. Selon le Manifeste agile, la mise en place de pratiques agiles repose sur trois savoir-faire:

1. La flexibilité de l'entreprise

C'est beaucoup plus qu'un simple état d'esprit. Une méthodologie agile repose sur une organisation agile, soit la capacité à prioriser les missions selon les situations. Augmenter l'agilité de l’entreprise passe donc par la structuration d’une approche du projet.

Dans le cadre informatique, le développement du projet ou le développement du logiciel, est découpé en plusieurs sprints (ou itérations). Chaque sprint ou itération correspond à un temps de travail accordé pour mener à bien une mission sur le projet global. Une équipe doit faire en sorte d’être plus agile pour offrir plus de satisfaction client.

Il en va de même pour tous les secteurs d’activité. Quel que soit le projet, les prestataires et les entreprises doivent offrir aux clients plus de visibilité quant à l'avancement du projet.

2. L'amélioration continue

Les équipes de développement, dans le cadre d'une démarche agile, ont pour principal objectif de respecter la démarche itérative du projet. Une agilité stratégique, c’est avant tout développer plus de réactivité et de vélocité au quotidien.

Les équipes travaillent en intelligence collective. Les bases de la méthode de travail sont étudiées et validées en groupe. A l’origine, en entreprise informatique, deux managers agiles collaborent pour répondre aux demandes clients. Le Scrum Master assure le coaching agile des équipes via une documentation exhaustive, tandis que le Product Owner  fait le lien entre le scrum master et les clients.

Dans une entreprise qui n’est pas dans le secteur informatique, le rôle du Scrum master est souvent attribué au manager (N+1), tandis que le Product Owner est le chef du service (N+2). Développer une méthode de travail adaptée à des projets agiles demande de faire appel à ces deux chefs. Cela permet aux projets de rester innovants et challenger au quotidien, ainsi que de garder une agilité opérationnelle.

3. L'adaptabilité des équipes

Dernier critère et pas des moindres : développer l'agilité des équipes, notamment leur adaptabilité aux nouvelles méthodes de gestion de projets agile. Cette notion est très simple.

La transformation agile d’une entreprise lui demande également d’être plus réactive quant aux fluctuations du marché. Apparition d’un concurrent, besoin d'adopter de nouvelles méthodes de gestion de projets en cas de baisse d'audience, etc. Un chef de projet, comme tout développeur, doit faire preuve d’agilité et proposer une méthodologie de développement adaptée : rapidité d’exécution, remise en question, interrogation sur la mise en œuvre des méthodes actuelles, retravail du modèle en cascade, etc. Mettre en place un management agile, c’est changer la culture d'entreprise et adapter le mode de travail.

Bon à savoir : connaissez-vous le lean management ? A la différence de la méthode agile, la méthode lean vient améliorer les processus mis en œuvre pour la vente du produit ou service de l’entreprise. La méthode agile entoure l’ensemble des processus pratiqués pour améliorer le produit. Les entreprises qui se lancent dans un management agile font très souvent une méthode agile lean. Elles offrent ainsi plus de satisfaction client, créent plus de communication dans les équipes et proposent un environnement de travail avec une réelle agilité opérationnelle, réagissant vite aux demandes clients.

Méthode de gestion agile en entreprise : ses points forts & bloquants

Une méthode de gestion agile possède de nombreux avantages.

  • Une équipe qui développe sa flexibilité

Soit une équipe de développement ou de tout autre service, prête à répondre aux demandes clients au fur et à mesure.

  • Une équipe rapide et agile est avant tout une équipe organisée

De nombreux outils sont utilisés pour assurer le suivi de chaque étape, aussi bien par les équipes que les clients. Cette approche itérative permet de corriger le projet en cours de route.

  • Le développement itératif permet de se rendre compte rapidement des points bloquants.

Si les méthodes classiques ne permettent pas de donner entièrement satisfaction, les méthodologies agiles prennent immédiatement le contre-pied. Les spécifications du client quant à ses attentes du projet sont clarifiées. Être agile, c’est avant tout avoir toujours un coup d’avance pour satisfaire tous les besoins des clients !

  • La possibilité de revenir en arrière

La méthodologie adaptée est celle qui permet de revenir en arrière rapidement. Ainsi, le travail investi n’est jamais perdu en cours de route.

Cependant, appliquer une méthodologie ou un management agile peut amener à quelques points contraignants :

  • Une réunion quotidienne peut vite s’avérer chronophage.

Certains collaborateurs ont leurs propres méthodes de management de projet et ne savent pas comment mettre au point des méthodes agiles au quotidien.

  • Un cycle de développement agile est idéal si le client est réactif.

Si votre équipe n’a pas un projet différent sur lequel plancher, elle peut livrer le projet et attendre longtemps… D’autant plus si les cycles courts sont trop réguliers pour permettre une avancée correcte. Le mode itératif doit être encadré et exigeant, pour un projet informatique, comme un projet professionnel.

  • Un management de projet agile doit être mis en place avec vos consultants et collaborateurs.

N’oubliez pas que vous dépendez également de vos clients. Pour assurer un développement agile avec un effet tunnel percutant, challengez également votre client. Moins il vous répond, moins vous pourrez avancer sur votre projet !

Qu’est-ce qu’un manager agile ?

Il existe de nombreux styles de management que peuvent adopter les leaders en entreprise. Mais un management agile, c’est bien plus que la méthode Scrum, la méthode Kanban, ou la Méthode Agile… Gagner en agilité pour un manager, c’est avant tout :

1. Être un chef de projet à l’écoute et consciencieux

Pour engager ses équipes à ses côtés, il faut se positionner en tant que leader attentif au bien-être de ses collaborateurs. Son leadership repose tout sur l’écoute des besoins sur

  • L**’environnement de travail**. Est-il uniquement fonctionnel ? Apporte-t-il du confort au quotidien ? Etc,
  • L’ambiance au travail,
  • L’entente entre les équipes et la communication.

Le meilleur moyen de développer des équipes agiles, c’est avant comprendre les méthodes de travail de ses équipes, leurs besoins, la difficulté de tenir leur planning, etc.

2. Déléguer et faire confiance

Autre trait d’une approche agile : un management basé sur la confiance.  un bon management agile doit prendre en considération les compétences de ses équipes. Pour qu'une entreprise agile fonctionne, il faut avant tout que le manager mette en place une structure agile, ou un processus agile. Le manager doit définir une méthodologie où le travail d'équipe est central.

3. Comprendre l’autre et donner du sens au travail

Autre point important : donner du sens au travail. Il est important que le collaborateur comprenne l'intérêt de la mission menée. Le manager agile a pour mission d'être un véritable leader naturel. Il doit posséder non seulement un pouvoir de conviction mais également donner du sens aux missions en mettant en avant “pourquoi” telles missions sont menées, leur objectif…

Pour donner un contre-exemple,  un manager qui n'est pas agile mais directif,  va avant tout imposer ses décisions et non les proposer aux équipes. Le risque est bien plus qu'un simple désengagement des collaborateurs à réaliser leurs tâches. Si les collaborateurs ne comprennent pas les missions qu’ils mènent, ils risquent d’être hors-sujet, de mettre en place une méthodologie inadaptée…  Donner du sens, c’est impliquer les salariés dans la transformation digitale de l’entreprise.

4. Être dans la politique de la transparence

Pourquoi avez-vous confié ce projet à un collaborateur plutôt qu’à un autre ? Pourquoi avez-vous favorisé la mise en œuvre de méthodes agiles, plutôt que d’autres ?  Quelles sont les raisons organisationnelles qui ont poussé à former les équipes de cette manière ? Pourquoi cette prochaine itération et pas une autre ?

La politique de la transparence est un trait de personnalité immanquable d’un manager agile. Afin d'impliquer et d’engager ses collaborateurs, il doit expliquer ( et non pas justifier !) l’organisation qu’il a mis en place. Le VRAI manager agile est également en mesure de se remettre en question et d’écouter ses collaborateurs s’ils ont de meilleures propositions à soumettre.

5. Être concret, pas dans l’émotionnel

Dernier aspect et pas des moindres : un manager agile repose sur des méthodes managériales concrètes. Entre autres, sa plus grande agilité est sa capacité à se créer une carte mentale de sa ligne de conduite auprès de ses équipes. Celle-ci permet d’éviter le favoritisme en restant impartial lors de sa prise de décision.

Lors de la gestion de conflits par exemple, le manager agile doit prendre la même décision pour chaque membre de son équipe et faire preuve d’intelligence émotionnelle. Un élément clé pour susciter de l’engagement et également le respect de son leadership.

A retenir !

Le management agile place le collaborateur comme moteur de l’entreprise. Son bien-être, physique et mental, est central pour garantir la viabilité du projet. Un bon exemple de management agile est de placer l’individu au cœur du projet. Les valeurs à respecter d’une bonne agilité managériale : collaboration, écoute, entraide et empathie.

Envie d’en savoir plus ? Le livre Liberté & Cie d’Isaac Getz peut vous intéresser ! Ce livre sur la conduite de changement et le bien-être des salariés, encourage une gestion agile des entreprises. A lire absolument !

Partager :
Edflex Team
Team

Obtenez un e-mail par mois sur les dernières actualités de la formation en ligne et les nouveautés chez Edflex.

On continue?